La parole à la minorité municipale

« Paroles, paroles… » mais pas entendues et très mal interprétées

On peut toujours facilement tourner à la dérision ce que l’on ne veut pas entendre. Certes, nous remettons en cause beaucoup d’orientations budgétaires prises par la municipalité, mais notre philosophie n’a jamais été de dépenser aveuglément mais mieux. Nous en voulons pour preuve l’état des finances laissé par l’ancienne municipalité.

Madame le Maire et son équipe font des choix qui ne nous apparaissent pas judicieux pour les budgets à venir de Montval. En effet, beaucoup de projets sont engagés sans connaître leur coût réel de mise en œuvre.

L’achat des « friches industrielles » a un coût mais la réhabilitation en a un aussi. Et de plus il ne faut pas négliger l’entretien et la maintenance à venir de ces bâtiments vieillissants.

Nous nous sommes opposés au contrat établi pour quatre ans qui nous lie avec une société assurant la gestion du fonctionnement de la navette. En effet, vu le succès relatif de ce moyen de transport, nous aurions souhaité un contrat beaucoup plus court et résiliable plus facilement. Voire remplacer le système de navette par un transport rendant service à la population âgée, handicapée ne pouvant sortir de chez elle, faire du porte à porte certains jours à des horaires déterminés. Nos personnes âgées se sentent bien isolées.

Madame le Maire réussit à obtenir beaucoup de subventions du département et de la région pour la réalisation de travaux, mais nous le répétons, la maintenance et le fonctionnement de ces infrastructures compromettront l’équilibre des budgets des années à venir.

Cependant nous pouvons constater quelques points positifs non remis en cause tels que le fonctionnement du restaurant scolaire et ceux de la bibliothèque-ludothèque.

En ce qui concerne les travaux de la salle de spectacle, nous nous interrogeons sur la lenteur de l’avancement du projet. Aurions-nous été entendus ?

Les conseillers de la minorité "Ensemble poursuivons" : Thérèse Croisard; Hajiba Ouzaïd; Nadine Ragueneau ; Pascal Rousier. CONTACT

Mise à jour: 1 août 2017

Le cadre de l'expression politique

L'article L2121-27-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit que "dans les communes de 3.500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d'information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale."

Les modalités de cette expression politique sur ce site internet ont été décidées lors de la séance de conseil municipal du 5 mai 2014. Et les membres de la minorité peuvent s'ils le souhaitent s'exprimer ici chaque mois.